Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cover Song #1 : "My Name Is Carnival" (Jackson C. Frank) par Stranded Horse

Publié le par Tehos

  1. - morceau : "My Name Is Carnival",
  2. - artiste : Stranded Horse (France),
  3. - line up : Yann Tambour (chant, guitare & kora),

- musiciens additionnels : Bakoutoubo Dambakhate (balafon), Boubacar Cissokho (kora) & Poulo K (riti).

Ce morceau est extrait de l'album "Luxe", sorti en 2016 chez Talitres Records. Une version alternative est parue trois ans plus tôt (associée au morceau "Blushing Rivers Overflow"), dans une édition très limitée à dix exemplaires, chacun de ces derniers contenant des interprétations différentes des morceaux.

Ou comment Yann Tambour transcende une belle chanson folk mélancolique des années soixante et lui donne de nouvelles couleurs, porté par ses voyages et ses expériences africaines.

 

Version originale :

  1. - line up : Jackson C. Frank (chant & guitare).
  2. - morceau : "My Name Is Carnival",

- artiste : Jackson C. Frank (États-Unis),

Ce morceau est extrait de l'album "Jackson C. Frank", sorti en 1965 chez Columbia. Il s'agit de l'unique album publié par l'artiste, mais il a été réédité à plusieurs reprises sous d’autres noms et complété par des démos de morceaux inédits.

À l’âge de onze ans, il est gravement blessé dans un incendie auquel il survivra, mais à cause duquel il restera traumatisé à vie. C’est durant sa convalescence qu’il apprend à jouer de la guitare (ça débute un peu comme l’histoire de Melody Gardot). Plus tard, il part à Londres où il rencontre Paul Simon et Art Garfunkel à leurs débuts et c’est d’ailleurs Paul Simon qui produira l’album de Jackson C. Frank. Artiste maladivement timide, il doit enregistrer ses chansons caché des gens présents dans le studio et supporte assez mal l’exercice du live. Il rentre rapidement aux États-Unis où sa dépression empire. La situation va encore se dégrader lorsque son fils décède de la mucoviscidose. Il est alors interné dans un institut psychiatrique au début des années soixante-dix. Il retourne ensuite vivre chez ses parents, puis disparaît, alternant vie de sans abri et passages dans des hôpitaux pour traiter un diagnostic de schizophrénie paranoïde. Au début des années quatre-vingt-dix, un fan va le retrouver et découvrir l’état effroyable du chanteur, ce qui le décide à l’aider.

 "When I went down I hadn’t seen a picture of him, except for his album cover. Then, he was thin and young. When I went to see him, there was this heavy guy hobbling down the street, and I thought, ‘That can’t possibly be him’...I just stopped and said ‘Jackson?’ and it was him. My impression was, ‘Oh my God’, it was almost like the elephant man or something. He was so unkempt, disheveled.”

Jim Abbott

Dans les années quatre-vingt-dix, il perd l’usage d’un œil, suite à une blessure accidentelle causée par un tir de pistolet à air comprimé utilisé par un enfant. Jackson C. Frank dit adieu à sa vie de souffrance le 3 mars 1999, lorsqu’il succombe à une pneumonie et un arrêt cardiaque, à l’âge de cinquante-six ans. Malgré sa courte carrière, il est l’une des influences de nombreux artistes comme Nick Drake, Marianne Faithfull, Fleet Foxes ou Headless Heroes et a été repris maints fois. Il ne laisse derrière lui qu’une poignée de morceaux mélancoliques, mais qui témoignent encore aujourd’hui de son talent inné, malheureusement gâché.

Commenter cet article

Stockman 14/10/2016 08:34

Belle vie de merde.