Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Song of 2015 #53 : "If Eternity Should Fall" par Iron Maiden

Publié le par Tehos

  1. - morceau : "If Eternity Should Fall",
  2. - artiste : Iron Maiden (Angleterre),

- line up : Bruce Dickinson (chant), Steve Harris (basse & claviers), Dave Murray (guitare), Adrian Smith (guitare), Janick Gers (guitare) & Nicko McBrain (batterie).

Ce morceau est extrait de l'album "The Book of Souls", sorti en 2015 chez Parlophone.

Bien que cela fasse un certain temps, je n'oublie pas à quel point Iron Maiden fut un groupe important pour moi à l'adolescence, à l'époque où je n'écoutais presque que du hard rock. Figure mythique et adulée de nombreux fans, la formation existe depuis plus de quarante ans et n'a jamais changé de style, tout en sachant résister au temps. De mon côté, je suis descendu du train à la fin des années quatre-vingt-dix, lorsque Blaze Bayley a remplacé Bruce Dickinson au micro pour deux albums. J'ai réellement fait un rejet et je n'ai jamais réussi à raccrocher complètement le wagon. Et puis l'année dernière, je suis tombé sur "The Book of Souls", le seizième album du groupe et probablement le meilleur de la période post Bayley, voir même peut-être depuis "Seventh Son of a Seventh Son", paru en 1988. On y retrouve les ingrédients typiques d'Iron Maiden, avec des passages m'évoquant la grande époque du groupe durant les années quatre-vingt, un Bruce Dickinson inspiré et un son que j'aime beaucoup. Mais l'album est aussi une première, puisqu'il comprend deux disques, recelants trois pièces qui dépassent les dix minutes. L'une d'entre elles atteint d'ailleurs les dix-huit minutes, ce qui en fait le morceau le plus long jamais composé par le groupe. J'ai choisi de vous présenter la piste d'ouverture de l'album, car j'ai été séduit dès les premiers instants et j'ai su que ça allait le faire, la suite ne m'a pas déçue. Écouter ce disque fut pour moi une vraie réconciliation avec Iron Maiden, alors si vous aviez décroché, laissez-vous tenter, on ne sait jamais.

Commenter cet article