Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Song of 1992 #3 : "Killing in the Name" par Rage Against the Machine

Publié le par Tehos

  1. - morceau : "Killing in the Name",
  2. - artiste : Rage Against the Machine (États-Unis),

- line up : Zach de la Rocha (chant), Tom Morello (guitare), Tim Commerford (basse & chœurs) & Brad Wilk (batterie).

Ce morceau est extrait de l'album "Rage Against the Machine", sorti en 1992 chez Epic. Il a également été édité en single.

Alors que Morello, Commerford et Wilk ont lancé l'année dernière le groupe Prophets of Rage (après l'arrêt de Audioslave) avec B-Real de Cypress Hill et deux membres de Public Enemy, Zach de la Rocha se fait plutôt discret autour de quelques projets ponctuels et des collaborations, comme récemment avec les rappeurs de Run the Jewels. Rarement un groupe m'aura autant manqué...

Avec son premier album, Rage Against the Machine a fortement contribué à populariser le crossover entre rap et metal, deux styles dont les publics étaient plutôt antagonistes à l'époque, malgré l'émergence de différents groupes depuis le milieu des années quatre-vingt. Ce style s'est par la suite très fortement répandu, mais RATM reste pour moi le groupe le plus emblématique du genre, souvent imité, mais jamais égalé. Véritable raz-de-marée à sa sortie, ce disque est un rare exemple d'album parfait où chaque morceau est un chef d'oeuvre. D'ailleurs, je parlerai probablement de tous un jour ou l'autre, donc autant commencer avec le plus évident et le plus connu. "Killing in the Name", souvent censuré, traite de la lutte anti racisme et dénonce les brutalités policières, mais c'est surtout un fantastique brulot dont l'intensité monte crescendo pour délivrer une énergie sans pareil, soutenue par un groove d'enfer et un son implacable. C'était aussi l'occasion de voir éclore Tom Morello, un guitariste unique et très surprenant. J'avais quinze ans, inutile de vous dire à quel point ce morceau, cet album et ce groupe m'ont marqué moi, mais aussi une partie de ma génération.

Commenter cet article